Mysql maitre / esclave (2013)

Article original de 2013.

Cette notion de maître / esclave permet diverses améliorations dont la principale est la sécurité, mais on peut y ajouter aussi des améliorations de performance qui seront précisées dans un autre article.

Dans cet exemple on part de deux machines (virtuelles) identiques avec des bases Mysql « vierges Â» . 
Il faut d'abord vérifier la présence du paquet "libaio1" et dans un premier temps créer les mêmes utilisateurs initiaux avec les mêmes droits. 
On passe ensuite aux opérations "sérieuses" :

Sur l'esclave modifier le fichier « my.cnf Â» et modifier le « server-id Â», 'jamais deux serveurs de même ID dans le même réseau) : 
Ancien  : server-id = 1 
Nouveau : server-id = 2

Redémarrer le service.

Sur le maître : 
Vérifier dans le fichier "my.cnf" que le « binlog Â» est bien activé  (Ligne dé-commentée) : 
log_bin = /var/log/mysql/mysql-bin.log

Redémarrer le service.

Sur la machine maître créer un utilisateur spécifique pour la réplication :

CREATE USER 'replicator'@'%' IDENTIFIED BY 'replicateur'; 
GRANT REPLICATION SLAVE ON *.* TO 'replicator'@'%';

Vérifier la connexion de l'esclave vers le maître avec votre utilisateur de réplication avec la commande suivante (sur l'esclave) : 
mysql –host=maitre –user=replicator –password=replicateur

qui doit fournir une connexion correcte.

On peut alors, toujours sur l'esclave, le « lier Â» à son maître :

CHANGE MASTER TO MASTER_HOST='mysql1', MASTER_USER='replicator',

MASTER_PASSWORD='replicateur'; START SLAVE;

1) Les premiers tests (simples).

- Vérifier le fonctionnement sur l'esclave :

SHOW SLAVE STATUS;

qui doit vous retourner un rang donnant le "point" de la synchronisation notamment le numéro du fichier "mysql-bin" en cours et d'autres valeurs de la position courante.

- Créer une DATABASE.

Sur le maître créer une base :

CREATE DATABASE VALID ;

Sur l'esclave vérifier l'existence de la base :

USE DATABASE VALID ;

Une fois ce test passé on peut continuer avec

- Créer table :

Sur le maître on crée une table dans notre DB VALID :

CREATE TABLE TOTO ( zone char(6)) ;

On vérifie sur l'esclave :

DESC TOTO ;

Qui doit vous retourner la description de la table TOTO.

On peut ensuite, pour faire bien, insérer des choses dans notre table sur le maître.

insert into TOTO ( zone) values ( "un" ); 
insert into TOTO ( zone) values ( "deux" );

Dans notre base esclave :

select * from TOTO; 
retourne :

+------+ 
| zone | 
+------+ 
| un   | 
| deux | 
+------+ 
2 rows in set (0.00 sec)

Ce qui est exceptionnel !!

2) Des tests plus évolués.

Que se passe-t-il maintenant si : 
- on stoppe l'esclave 
- on fait une insertion sur le maître :

insert into TOTO (zone) values (« trois Â»).

- on redémarre l'esclave et on effectue le « select Â» précédent , miracle il nous retourne bien : 
+-------+ 
|  zone | 
+-------+ 
| un    | 
| deux  | 
| trois | 
+-------+ 
3 rows in set (0.00 sec)

3) Remarques finales.

La procédure est ici très simple avec du matériel simple (virtuel ! ), dans la réalité il faudrait prévoir :

  • deux liens réseau dont un spécifique à la réplication et qui serait un plus pour limiter au maximum la latence du système.
  • de se servir de la base répliquée pour faire des sauvegardes tranquillement, sana perturber la machine "maître".
  • de se servir de la machine "esclave"  pour lancer de "gros" ordres SQL de statistiques qui perturberaient plus ou moins fortement le serveur principal.

Il reste très simple d'effectuer cette mise en réplication et cela est assez performant.